Ma Photo

Qsar Assa

  • Mur_phase_1
    Port saharien, zaouïa, cité sainte, ce qsar est aujourd'hui menacé par la ruine. La richesse de son histoire s'est accumulée en autant de strates architecturales qui s'étendent des bords de l'oued au sommet du promontoire. Un vaste projet de réhabilitation est en cours.

Aguelluy: restauration phase 1

  • Aguelluy_phase_1_12
    En février 2004, avec l'association de développement du village d'Aguelluy (commune d'Amtoudi) nous réalisons une première phase de sauvetage du grenier collectif. Nous décidons de dégager les parties effondrées internes et de refaire les accès aux terrasses.

Aguelluy: restauration phase 2

  • 15aguelluy_aprs_restauration_du_porche
    En février 2006, 19 jours de travaux permettent de restaurer les porches en réinvestissant les formes et les motifs locaux. Un chantier tout en finesse où les savoirs se transmettent entre deux générations.

Inoummar: restauration phase 1

  • 03lenceinte_sud_degagee
    En mai 2005, l'association Azhor me demande de réhabiliter Inoummar, l'un des greniers les plus vastes de l'anti-Atlas. Une première phase est engagée avec les moyens locaux. Malgré la réussite obtenue de dure lutte, je me désengage devant le peu de transparence de l'association.
Blog powered by Typepad

« Des racines et des ailes, un Sud marocain méconnu | Accueil | Une terre nourricière inspiratrice »

18 mars 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341d408453ef016763ff70a1970b

Voici les sites qui parlent de Préservation et fouilles archéologiques des vestiges de la mosquée d’Agadir Amghar, Akka, Province de Tata :

Commentaires

PIER PAOLO RAFFA

M.me Naji, votre travail est toujours intéressant, et cela ajoute des informations pour la rédecouverte et la valorisation de cet important monument et de son contexte geographique et culturel à l'échelle - aussi - du fait qu'il est en toute évidence un important point de répere culturel de la région.

Comme vous savez je m'occupe de ce monument depuis la fin des annés '90 (1997 pour la précision) et, prochainement, je publierai un document sur l'argument.

Le CISS, dans les années passée a pu bien profiter , selon sa modalité, de mon travail sur le subject et, probablement, vous connaissez l'expo presentée a Tata; et aussi le site web que j'ai dedié à ce monument: http://minaret-akka.blogspot.it .

Ce site sera trés bientot revisité pour mieux présenter ce monument et ses lieux.

Je me souvien bien comme à l'époque ces lieux étaient méconnus aux rechercheurs marocains (j'ai aussi quelque correspondence officielle avec des institutions nationales) , et il est un excellente récuperation que les institutions s'en occupent maintenant, car à mon avis il est sur des occasion de recherche et valorisation comme dans le cas de ce monument - entre autres - qu'on rétrace physiquement et qu'on construit un sistème de valorisation des territoires peux connus du Maroc mais trés importants dans son histoire, à l'échelle aussi de la construction d'occasions intéressantes pour le tourisme culturel qui est une des possibilités d'appuy pour le développement économique de ces régions (les dattes et les figues de barbarie poussent mieux dans d'autres lieux..)


Cordialement

PIER PAOLO RAFFA

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire