« L'amouggar d'Assa a commencé | Accueil | Réédition de Art et Architectures Berbères »

27 mars 2009

Commentaires

Ayyaw

Merci de cette petitie fenêtre qui nous a fait découvrir ce que nous respirons tous les jours sans nous en rendre compte; c'est normal, car c'est comme le poisson qui ne se rend compte de l'existance de l'eau que lorsque le filet l'en fait sortir; là, il se débat pour retrouver sa source de vie pour bien l'apprécier, mais quand c'est déjà trop tard!
Omar

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.