Ma Photo

Qsar Assa

  • Mur_phase_1
    Port saharien, zaouïa, cité sainte, ce qsar est aujourd'hui menacé par la ruine. La richesse de son histoire s'est accumulée en autant de strates architecturales qui s'étendent des bords de l'oued au sommet du promontoire. Un vaste projet de réhabilitation est en cours.

Aguelluy: restauration phase 1

  • Aguelluy_phase_1_12
    En février 2004, avec l'association de développement du village d'Aguelluy (commune d'Amtoudi) nous réalisons une première phase de sauvetage du grenier collectif. Nous décidons de dégager les parties effondrées internes et de refaire les accès aux terrasses.

Aguelluy: restauration phase 2

  • 15aguelluy_aprs_restauration_du_porche
    En février 2006, 19 jours de travaux permettent de restaurer les porches en réinvestissant les formes et les motifs locaux. Un chantier tout en finesse où les savoirs se transmettent entre deux générations.

Inoummar: restauration phase 1

  • 03lenceinte_sud_degagee
    En mai 2005, l'association Azhor me demande de réhabiliter Inoummar, l'un des greniers les plus vastes de l'anti-Atlas. Une première phase est engagée avec les moyens locaux. Malgré la réussite obtenue de dure lutte, je me désengage devant le peu de transparence de l'association.
Blog powered by Typepad

« Du fonds des ambassadeurs américains (2012-13) aux actions de mécènes et de l'Etat marocain (2014-2016) | Accueil | Le pisé, admiré ailleurs, méconnu au Maroc AM N° 72 (Architecture du Maroc) Numéro spécial COP22 ARCHITECTURE DE L’URGENCE CLIMATIQUE SEPTEMBRE > OCTOBRE  2016 »

22 septembre 2016

Commentaires

Stan-Yves Bontems

L'on peut circuler longtemps dans son propre environnement sans en percevoir les richesses, ni ressentir la moindre émotion en posant ses pas dans les traces millénaires de nos aïeux.
Puis un jour, un trait de lumière, un trébuchement bouleverse le ronronnement désabusé du quotidien ...
Et tout devient plus simple, tout porte à cette action -si bien décrite ici par Salima- : -Poursuivre et transmettre par l'action ce génie hérité de la simplicité naturelle pour permettre d'envisager la construction sensible d'un futur éclairé.

salima

Le problème ici est le regard porté sur le monde. L'illusion de modernité. Par le gadget. On ne voit pas les mêmes choses hélas. Et peu de personnes - même du métier - voient cette beauté dont vous parlez. Car il faut être sensible, en mesure de s'émerveiller... La plupart n'y voient que misère, contraintes, fragilité, etc. Elle résonne négativement. C'est en train de changer bien sûr, mais c'est très timide encore.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.